La Cité des Anges est à feux et à sang. A vous de choisir votre camp! Bon jeu!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Los Angeles Highs

Aller en bas 
AuteurMessage
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Los Angeles Highs   Ven 5 Déc - 23:35

Arrow La veille chey Elmo

Ambiance radio: Easy Lover


Walter mit ses lunettes de soleil et lança un grand sourire franc au ciel ensolleillé. Il n'aurait jamais cru que que passer une journée avec Elmo fut si dur. Mais lorsque le bonhomme s'extasia bruyamment sur une obscure bande-annonce d'un futur film à l'affiche, Walter avait craqué.

<<Attends Waaaaalt'! Regarde ça! le costume de Rorschach comme il est trop bien refait!!

Walter, qui dormait paisiblement, et qui pour une fois ne faisait pas de cauchemar, fit surface avec la délicatesse d'un corbeau trouvant le grand amour en la personne d'une vitre de véranda.

-Quoi? Quéya? Gnein?
-Viens voir ça j'te dis! C'est le film de l'année prochaine!
-Putain Elmo je dormais là! Il est quelle heure? demanda-t-il en regardant sa montre en même temps. Il jura en entendant la réponse et en en prenant conscience.
-3h du mat'. Ca fait 2h que j'attends ça mais ça vaut le coup c'est la nouvelle bande-annonce, je suis un des premiers à...
-Mais va te faire foutre mec! Je veux plus t'entendre! Pour une fois que je dors pas trop mal il faut que tu me sortes tes machins!

Et il était parti.

Il était précisément 7h09 du matin quand Walter abandonna Elmo et ses films, et il était 8h36 lorsqu'il se gara sur le bord de la route, qui surplombait une série de maisons de Los Angeles Highs, dont celle de Frederick Connelly. Il n'y avait personne; Walter sortit de la voiture, alla au coffre et sortit un grand étui. Il se réinstalla sur le siège conducteur, baissa la vitre et cala le fusil à lunette en direction de la maison n°5. Un de ses contacts lui avait donné le numéro. Il observa attentivement chaque fenêtre du pavillon à travers la lunette, et finalement aperçu un homme qui téléphonait en faisant les cent pas. Il sourit. Frederick. Un éclat de lumière attira son regard; il dirigea le viseur de l'autre côté de la maison. Son sourire disparut lorsqu'il vit un homme et une jeune femme sortir d'une voiture et se diriger vers le portail d'entrée. Il zooma sur la jeune fille, une brune à l'air farouche.


**T'es qui toi? C'est quoi c't'embrouille?**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Sam 6 Déc - 15:58

Le soleil, toujours ce soleil qui vous frappe sur la nuque et vous éblouit lorsqu'il se réverbère sur le goudron chaud de Los Angeles. Les lunettes aux verres noirs qui recouvraient le nez de la jeune femme lui ôtaient l'un de ces désagrément, mais ils lui ôtaient aussi un atout, une vision claire...Probablement que si elle ne les avait pas mises elle aurait remarqué la voiture stationnée sur la route surplombant la rue, à chacune de ses visites la rue avait toujours été aussi vide que le compte en banque d'un SDF, à l'exception d'un chat d'égouts cherchant quelques restes de nourriture dans les sacs poubelles. Probablement...Mais elle ne l'avait pas remarqué et sur les trois mètres qui la séparait de l'intérieur de sa carlingue à la porte de Frédéric elle passa son temps à faire claquer une bulle de chewing-gum. Frédéric encore un des ses minables petits dealers de drogues à qui elle rendait visite de temps en temps pour une piqûre de rappel disons, " Très chère source de revenus-stop-je ne t'oublie pas-stop- mais toi non plus-stop- ne m'oublie pas-stop-Où est mon fric?-stop-" Voila en résumé ce à quoi se résumait sa visite et si les choses tournaient mal le discours durait un peu plus longtemps et parfois s'il s'éternisait Alice passait à des méthodes de rappel un peu plus brutales.

-Toc toc toc...Freeed ?


On entendit des pas précipités et des claquements d'ouverture de serrures, quatre au total, la porte s'entrouvrit mais une chaine bloquait encore l'accès à la maison. Le visage du dealer apparut dans l'entrebâillement, visage auquel la jeune femme lança un joyeux faux-sourire.

-Bonjour Fred...tu nous laisses entrer ?


La porte se referma et se rouvrit une deuxième fois, l'homme fixa Alice d'un regard apeuré mêlé à du dégout, chose que la jeune femme eu tôt fait de remarquer.
Sans pour autant s'en préoccuper elle passa devant lui suivit de Jack.

-J'imagine que tu sais pourquoi nous sommes là Fred ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Sam 6 Déc - 17:02

**Pas bon ça...pas bon du tout...**

Walter leva le visage de la lunette et fit retomber ses solaires sur les yeux. Il vit la nana attendre devant la porte puis entrer, toujours suivie de son chaperon. Phil Collins jouait ses dernières notes de Easy Lover sur Flash FM.

Partie II de la mission: lier Connelly à un certain Jack.

Bon bah une mission est une mission, peut-être que le couple, là en bas, savait quelque chose. Il sortit de la voiture après avoir au préalable remballé le fusil dans l'étui, qu'il rangea dans le coffre. Il retourna dans l'habitacle et conduisit la voiture à l'abris des regards, derrière un transformateur. Il ouvrit la boîte à gants; le P99 et son silencieux attendaient, avec un cran d'arrêt. Il arma le flingue et le rangea dans son pantalon, derrière. Il alla jusqu'à la pente qui donnait sur la barraque du sieur Connelly et commença à descendre à la mexicaine, petit à petit pour éviter tout bruit. Arrivé à la petite barrière en bois peint, qu'il enjamba, Walter sortit prudemment son arme et avança pas à pas en directionde la fenêtre. Il n'entendait aucun bruit, peut-être du double vitrage.

A mi-chemin, une violente douleur le paralysa. Tout son ventre brûlait. Il tomba à genoux, le souffle coupé. Ce fut au tour de sa jambe de manifester sa présence. Il lâcha son arme lorsque sa tête parut vouloir exploser. Le noir, quand il ferma les yeux à se les enfoncer au fond du crâne. Puis tout revint peu à peu, un membre après l'autre ses fonctions revinrent. Il oublia la douleur, ou bien elle partit se tapir quelque part dans sa tête. Petit à petit il pu se relever à demi et gagner le mur, contre lequel il se plaqua.

Il sortit son cran d'arrêt, dégagea la lame et, toujours le dos collé contre le mur, l'enfonça sous la fenêtre coulissante, qu'il leva de quelques centimètres. Aussitôt les sons passèrent par la fente. C'était bien du double vitrage, et peut-être même blindé. Marrant, pensa-t-il, c'était la fille qui parlait. Ce serait quand même pas elle le cerveau de la bande? se dit-il en fronçant les sourcils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Dim 7 Déc - 18:27

-Alors ? Tu ne sais vraiment pas pourquoi on est là ?

Enfoncé dans son fauteuil Frédéric Connelly semblait vraiment se ratatiner de plus en plus, les bras croisés Alice le fixait de haut, son visage ayant effacé toute trace de fausse-sympathie, le pauvre bougre refusait pourtant de céder la moindre information.



-Je t'ai payé, ce que je te devais pour ce mois-ci Alice, je ne comprends pas pourquoi tu m'embêtes encore !!


Alice réagit brusquement et posa ses deux mains sur les accoudoirs du fauteuil dans lequel était assis Fred, son nez à moins de quelques centimètres de celui du dealer elle parla en articulant chaque mot.


-Je te parle des trois cents milles dollar que tu es allé tirer il y a de cela 3 jours à la banque centrale.... Et j'imagine que la valise ouverte là-bas //D'un signe de la tête elle indiqua la valise qui bouchait un des couloirs de la maison// contient un billet pour le Mexique ! Où les caraïbes, au choix...

Le visage du dealer changea plusieurs fois d'expressions et finalement il regarda la jeune femme d'un air méprisant.



-Même si c'était le cas je ne te dirais rien pétasse !


La gifle partie toute seule laissant une marque rouge sur la joue du dealer, sans attendre une seconde Alice lui attrapa l'oreille et la tordit violemment de l'autre côté, la réaction fut immédiate, sentant son cartilage se déchirer l'homme hurla.

-J'espère que cette fois-ci tu seras plus coopératif, je répète que sais-tu de ces 300 000 dollars ?

-Qu'ils sont à moi et que tu n'auras rien.

- Tu ne veux pas lâcher l'affaire hein ?

Alice souleva le bas de son jeans et tira un fin coutelas, qu'elle se mit à faire miroiter à la lumière du soleil qui filtrait de par la fenêtre, l'éclat se répercuta sur la vitre et une ombre attira le regard d'Alice. Elle fronça les sourcils et se décala du rayon de lumière indiquant d'un coup de tête à Jack la porte, comprenant l'ordre muet l'homme plaça sa main à l'intérieur de sa veste et se dirigea vers l'extérieur. Une fois la porte refermée Alice se retourna vers Fréderic, elle lui plaça le bout de la lame sous la narine gauche remontant légèrement jusqu'à ce qu'une goutte de sang commence à couler.

-Fred.....C'est simple dis-moi où est cet argent et ton nez reste aussi droit qu'avant, sinon....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Dim 7 Déc - 21:50



Okay....bonjour l'embrouille...Comment une fille peut devenir une businesswoman de l'ombre? C'est gentil une fille! Ca ne fait jamais de mal! Où va s'arrêter la quête d'égalité entre hommes et femmes?

Voilà le dilemne moral auquel s'exposait Walter. Il n'aimait pas lorsque des femmes pêtaient les plombs ou jouaient les criminelles; pas par mysoginie, mais simplement parce qu'il les considérait comme "au-dessus de ça". Pures. Réfléchies. Et qu'elles laissent les affres de la mort et de la destruction à des créatures faites pour ça: les hommes. Elles méritent mieux. En conclusion pour le tueur, une femme qui tourne mal est une femme qui est un homme au fond d'elle-même. CQFD.

Il se risqua à jetter un oeil par la fenêtre. Dangereux mais il voulait vraiment voir.


-Même si c'était le cas je ne te dirais rien pétasse!

Aïe; mauvais calcul. La nana, qu'il apercevait en partie, semblait de très mauvaise humeur. Il aperçu son chaperon se retirer de la pièce, puis entendit une porte claquer. Hum. Il glissa sous la fenêtre et entreprit de longer le mur, arme au point. Il arriva au coin, et le vit. Il le vit se tenir sur le perron et jetter quelques regards par-ci par-là. Il savait qu'il portait une arme. Il ne pouvait pas le tuer sans savoir qui il était, ce qu'il faisait.

Mais il pouvait en savoir plus. Et c'est pour cela qu'il s'approcha encore un peu et pointa son arme vers la poitrine du porte-flingue.


<<Salut. Garde tes mains tendues vers l'avant. Petite question: c'est qui la meuf?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Dim 7 Déc - 22:28

La goutte de sang se mua rapidement en un flot quasi ininterrompu, le manège dura une bonne minute jusqu'à ce que le dealer se décide à grimacer et sortir un son qui signifiait qu'il était près à discuter. Alice le remarquant ôta la lame du nez de l'homme pour aller la placer sous sons lobe.

-Ecoute Cuistot ces 300 000 dollars j'en ai besoin...
-Parce que tu as une femme malade et trois gosses qui font la manche et en plus l'un d'eux est aveugle ? Tu m'fais rire ! Mais distrais-moi...à quoi te servirait tout ce pognon ?
-Il faut que je disparaisse quelques temps de L.A....
-Et pourquoi donc ?
-On en voudrait à ma vie...

Alice laissa échapper un rire étouffé de ses lèvres serrées.

-Tu es dealer de drogues et tu crois que quelqu'un veut te tuer ? T'es futé toi !
-Non... Un type qu'est pas du milieu on m'a dit qu...
-M'en fout au final ! C'est pas ta vie qui m'importe c'est ton fric....Alors, je vais être sympa avec toi tu me files la moitié de ce que t'as et je te laisse tranquille te tirer où tu veux. Avec tout de même un prime de 20 000 dollars pour m'avoir fait attendre et 10 000 de plus pour Jack
-Alice tu vas me ruiner.....

Alice lui asséna un coup derrière la tête avec le manche de son coutelas et soupira, elle abaissa son arme le temps pour Fred de reprendre ses esprits.


-Où que tu l'as rangé ?
-Dans la piaule, sous le lit y a une latte qui déconne je l'ai planqué dedans...
-300 000 dollars en coupures sous ton lit ? T'es vraiment sur que t'as qu'une seule latte qui déconne ?

Le dealer fit mine de se lever et Alice recula d'un pas pour le laisser passer, le tenant toujours en joue du bout de sa lame. Elle pencha légèrement la tête sur le côté et souleva les sourcils, signe d'impatience.


-Ta chambre ! Tu sais encore où elle est ?

Le dealer leva les yeux au ciel et tourna le dos à la jeune femme qui glissa la lame à sa place initiale, puis le plus silencieusement possible elle tira un tout autre genre d'arme de sa poche intérieure de veste, elle ôta le cran d'arrêt de l'arme le plus silencieusement possible et suivit l'homme qui avait déjà disparu dans sa chambre, lorsqu'elle y entra à son tour le lit était déjà retourné et Alice apercevait les lattes défectueuses, un petit sourire s'esquissa sur ses lèvres. Quel con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Dim 7 Déc - 23:09



<<T'es quoi? Une espèce de flic?
-Nan nan nan pire que ça mec, je suis ton pire cauchemar. Je répète: qui est la fille avec Connelly?
-Une dealeuse de rue, c'est personne.

Walter s'approcha, son arme toujours pointée vers le coeur du type. Au loin une voiture passa en laissant une trace sonore de rap; 's'était trompé de quartier le type. Arrivé à un pas de son interlocuteur, Walter lui intima l'ordre de sortir son arme par deux doigts, très doucement. L'autre s'exécuta de mauvaise grâce, la posa par terre lorsque...

-AAAAAAAH!

Les deux hommes se tournèrent de concert. De l'autre côté de la barrière une vielle dame avait vu les armes. Le type essaya de prendre Walter par surprise, mais celui-ci fit un pas de côté et frappa l'adversaire avec son arme à la tempe, et ce dernier s'écroula lourdement. Walter l'empoigna par le col, et instinctivement, sortit son porte-feuille, le montra à la voisine, l'ouvrant et le fermant à toute vitesse pour qu'elle ne puisse rien voir, juste le geste blasé d'un flic en planque:

-Police Ma'ame! Vous inquiétez pas je m'en occupe. C'est bien monsieur Connelly qui habite là?
-Euh...euh oui oui, c'est lui.
-Très bien, merci ma'ame, rentrez chez vous, je voudrais pas que ma présence s'ébruite.

Il se servit de la main du type, qui pissait le sang entre ses pognes, pour ouvrir très doucement la porte d'entrée, puis il entra. Il plaça le canon contre le crâne de son prisonnier et avança prudemment dans la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Lun 8 Déc - 9:32

-Dis-moi Fred ? Ça va faire combien de temps que tu bossais pour moi ?

L'homme interloqué releva légèrement la tête, sans soupçonner la menace il répondit en fronçant les sourcils.

-2 ans ?

-mm...

Il retourna de suite à sa besogne, le lit retourné contre la fenêtre projetait une étrange ombre dans la pièce pour une telle heure de la journée, le sol était déjà défoncé et plusieurs lattes s'amoncelaient dans un coin, on apercevait déjà les quelques sacs en toile, Alice soupira, comment un imbécile pareil avait pu travailler pour elle ? Finalement Fréderic finit par sortir 4 sacs de son parquets, il tendit le premier sac à la jeune femme et en ouvrit un second pour chercher la somme manquante. Une fois le sac ouvert et les billets en visuel Alice n'hésita plus, elle releva son arme et sans attendre tira. La détonation fut tout ce qui a de plus discrète, exactement ce qu'on attend d'un silencieux. Frédéric Connelly déjà à genou commença à glisser en direction du sac ouvert, Alice le retint du pied et le repoussa en arrière pour éviter qu'il ne tombe sur l'argent. Fred était mort, bah après tout il y en aurait toujours d'autres pour prendre sa place.

-Tu m'en voudras que je prenne un peu plus que ce qu'on avait convenu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Lun 8 Déc - 10:39

Ambiance: First Meet


Walter avançait un pas après l'autre, l'autre type toujours à demi par terre, le poussant en avant, une main sur la nuque et l'autre tenant le P99 sur son crâne. Il arriva dans le salon. Son premier réflexe fut de regarder rapidement la collection de DVD et de CD sur les étagères; Walter était de ceux qui croyaient en le dicton "dis moi ce que tu consommes je te dirai ce que tu es". Il ne fut pas étonné de voir l'intégrale des Rolling Stones, et des films de gangsters comme Scarface ou American Gangster.

-Qu'est...ce que tu cherches?
Walter pencha la tête pour que l'autre puisse le voir en inversé.
-Monsieur Connely bien sûr...je crois qu'il est caché dans un boîtier de CD. T'as grillé ton joker coco, t'as toujours pas dit o...

Il se figea. Il avait entendu des voix. Ses lèvres se fendirent d'un rictus presque animal. Toujours précédé de son nouvel ami il s'aventura dans le couloir, en direction des sons. Il repencha la tête en avant, plaça le silencieux de son arme contre les lèvres de son prisonnier et mima lui-même un "chut" inaudible. Puis il sourit en replaçant le canon à sa place. Il s'apprétait à atteindre la chambre quand...

Poum.

Walter écarquilla les yeux. Elle avait pas osé? ELLE N'AVAIT PAS OSE??? Il se mit carrément dans l'encadrement de la porte, et cria, ivre de colère:

<<Espèce de salope! T'as pas osé buter mon contrat j'espère?!?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Lun 8 Déc - 19:35

Alice s'apprêtait à ramasser les sacs lorsqu'un bruit de pas provenant du couloir lui fit tourner la tête, elle eut juste le temps de s'écarter que la porte s'ouvrait à la volée et qu'un homme fou de rage s'y plaçait, instinctivement Alice braqua son arme sur lui alors même qu'il criait.

<<Espèce de salope! T'as pas osé buter mon contrat j'espère?!?!

Quel contrat ? Les sourcils de la jeune femme se froncèrent, mais elle se reprit rapidement, d'abord se placer en position de force, pour le moment c'était elle, le canon placé à moins d'un mètre de son front et le cran d'arrêt relevé. Au moindre faux pas il y passerait. Durant quelques minutes les deux quidam se fixèrent du regard dans un silence absolu parfois rompu par la respiration inégale de Jack. Puis, Alice consentît à parler.


-Qui êtes-vous ? Et comment avez-vous contourné Jack ?

La phrase resta en suspend, le bras toujours tendu et l'arme pointée sur le crâne de l'homme Alice respira un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Lun 8 Déc - 21:42

Walter encaissa le coup.

-Jack? Tu veux dire LE Jack? P'tain, ça c'est la meilleure...ya des jours où on pourrait devenir croyant!

Sa mauvaise humeur reprit rapidement le dessus.

<<Aucune raison que je te dise qui je suis, c'que je suis ça j'm'en fous. Je suis venu tuer Connelly et voir ses liens avec un certain "Jack". Oh à propos, bonjour Jack! fit-il en se penchant une fois de plus vers l'homme. C'est dommage, on avait pas encore été présentés, ma mère serait folle de rage que j'oublie mes bonnes manières! Il se retourna vers la petite brune qui le menaçait.

<<Ecoute Brunette, pose ce flingue. T'as pas envie de perdre un associé et j'ai pas envie de perdre la vie. On est deux sur le grill, alors statu quo et basta, okay? Tout ce que je veux savoir, c'est si cet abruti de Connelly faisait un biz parallèle avec le...Mais oui j'suis con! C'est toi le biz qui a fait plonger Connelly! Alors celle là elle est bonne! Comme ça c'était ton dealer? Il se tourna vers le cadavre Ben mon con, on dirait que t'as traité avec la mauvaise personne, mais comme dit la chanson You can't always get what you want! T'as compris? C'est une chanson des Stones! Ah ah ah ah!

Il partit d'un grand éclat de rire, sous l'oeil décontenancé de la jeune femme. Ce jeu de mot musical impliquait plus qu'au premier coup d'oeil; après tout, dans les paroles, il était question d'une femme qui attendait son fournisseur de drogue. Walter redevint sérieux.

<<Bon ben on l'a notre foutu statu quo, pas besoin de tortiller. Voilà le deal: tu baisses ton arme, je relâche ton tourtereau, on se barre chacun de son côté; je toucherai ma valise pour la mort de feu Mr Connelly, et toi tu récupères le pognon, la came et le chaperon. Tout ce que tu auras perdu, c'est une balle et quelques centilitres de sang pour ce pauvre Jack. Capiche? La balle est dans ton camp Brunette, et tout ce que je dirai à mon patron c'est que oui, Jack fricotait avec notre ami. Nada mas. Marché conclu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Mar 9 Déc - 14:29

Pour qui se prenait-il? Déjà qu'il se permettait de débarquer de nulle part et voilà que maintenant il prenait la situation en mains, pire encore il lui disait d'abaisser son arme! La jeune femme se retint de ne pas le frapper, mais dans un sens il n'avait pas tort, si elle abaissait son arme ils pourraient tous les trois repartir de leur côté et l'affaire serait réglée, mais il y avait cette fierté mal placé, il la prenait pour une camée quoi ! Grinçant des dents la jeune femme fixa l'homme qui semblait si décontracté, à combien évaluait-il sa vie ? Une telle frustration, Alice n'en avait pas connu depuis...en fait elle n'en avait jamais connu de pareil. Ramassant les informations que, sans le vouloir, le criminel lui avait donné, Alice échafauda un plan, bancal certes, mais qui avait une chance de fonctionner, il nécessiterait par contre beaucoup de bluff, mais après tout elle vivait de mensonges se ne serait probablement pas compliqué.

-Tues-le si ça te chantes, en s'associant à moi il savait qu'il avait 9 chances sur 10 de finir mort ainsi, le seul droit de mort que j'ai c'est celui de ma vie et ceux que je dois tuer, les autres décident eux-mêmes de leur propre mort, il n'est donc pas question que j'abaisse mon arme, de plus si par malheur il t'arrivait de vouloir le tuer de quelque façon qu'il soit tu mourrais, tué par mes soins, avant d'avoir fait le moindre gestes.

L'expression qui se peignit sur le visage de l'homme devant lui la rassura, il marchait, et dans un sens elle n'avait pas temps menti que ça, bien sur s'il tuait Jack elle perdait un très bon associé, mais de toute manière elle avait d'autres contacts, moins performants, mais tous aussi stupide pour risquer de mourir tel que lui, par un simple.... Un simple quoi d'ailleurs ? Voilà la seconde raison qui poussait Alice à ne pas baisser son arme, qui était cet homme ? Un flic ? Surement pas...alors quoi ? Il avait parlé de contrat sur Connelly.... Un tueur à gage ? L'hypothèse était plausible, mais ridicule, pourquoi voudrais-ton liquider Frédéric Connelly ? Son business ? Mieux aurait-valu la tuer elle! Voyant que l'homme debout commençait à reprendre confiance en lui devant l'absence réaction de la jeune femme elle s'approcha d'un pas, le faisant automatiquement reculer, lui, de deux pas. Malheureusement pour lui, dans le couloir Jack était sorti de sa torpeur et cherchait à son tour quelque chose pour sa défense. À moins de 50 centimètres du visage du bandit Alice répliqua en arquant un sourcil.

-Et puis monsieur le bandit quand on a aussi peu d'argument convaincant on se la ferme !

Profitant qu'il avait le regard concentré sur son visage, elle lui donna un coup-de-poing au niveau du diaphragme, lui coupant automatiquement le souffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Mar 9 Déc - 15:19



Walter la vit s'approcher, la vit parler, mais ne vit rien venir d'autre. Il sentit juste le monde devenir sombre et son ventre exploser dans une douleur atroce. Il se sentit partir en arrière, et il sentit son doigt se crisper sur la gâchette.

Poum

Shcling

Comme dans un ralenti à la Zack Snyder, Walter recula et sentit le mur derrière lui. Il le heurta, même. Son visage devint un masque de colère lorsqu'il comprit qu'il s'était fait enfler comme un bleu. Foutue nana! Il ne sentait plus Jack sous ses doigts, et quand il les ouvrit, il vit une touffe de cheveux à l'intérieur. Un petit souvenir. Le monde devenait plus tangible. Il voyait la fille, et elle était auréolée d'une lumière jaune. Un ange? Et tout n'était que ténèbres. L'Enfer? Et Jack qui se tortillait devant lui. Une âme damnée?

Non

Le ver tortillant redevint Jack, les ténèbres passèrent et l'ange redevint cette petite garce qui l'avait frappé, entourée de la lumière venue d'un trou dans la vitre. Sa propre balle. De ses entrailles vint un gargouillement, qui devint grognement dans sa gorge, pour devenir cri dans sa bouche:


<<Putain! Espèce de garce, t'as rien compris bordel! T'as pas compris qui j'étais! Je t'ai offert la chance que tout rentre dans l'ordre et tu joues les cow-boys? Pute!

Il jetta son arme sur le sol et écarta les bras. Il perdait pied et son cerveau déconnectait; la crise n'était pas loin.

<<Vas-y! Tue-moi! Fais toi plaisir! Si t'étais un mec, tu prendrais ton pied! Allez quoi, t'as besoin d'aide? Il faut que je t'insulte? Que je traite ta mère? Que je te frappe, t'embrasse? Alors quoi, vas-y, tue-moi, prends le pognon et casse-toi! Mais demain tu pourras pas faire un pas dans la ville sans te faire casser la gueule; je travaille pour un gars qui se fout que je vive ou meure, mais qui aime son argent plus que tout, alors il lancera tout le monde à tes trousses. Et ils te trouveront, oh oui Brunette, petite garce, ils te trouveront et t'éclateront ta jolie gueule. Et ils te tortureront comme tu tortures tes victimes. Et tu supplieras, oh oui tu supplieras comme tous les autres, parce que tu voudras juste mourir! T'as l'avant-goût, alors achève moi, je suis déjà mort. Accomplis l'Oeuvre de Dieu, bordel et libère le monde d'un de ses pires connards!
<<Quoi, t'as pas tiré? T'es molle! Tu veux que je t'aide? Mais oui t'as besoin d'aide, tu tues pas de face, toujours de dos, parce que t'as peur de regarder quelqu'un mourir dans les yeux? Moi j'ai pas peur. Je suis déjà mort, tu le seras bientôt. Nous le sommes tous bientôt, même Jackounet qui pigne comme une tafiole! Tu ne feras qu'un acte de charité en appuyant sur c'te putain de gâchette. Alors? J'attends!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Mar 9 Déc - 15:53

Alors même que l'homme venait de hurler sa dernière phrase Alice lui asséna une gifle.

-Tu vas la fermer oui ! avec tes beuglements tu vas rameuter tous les flics du quartier, t'es con ma parole !

Secouant la tête devant un tel discours de stupidité Alice observa l'homme giser ,à moitié inconscient, contre le mur, son arme tenue par deux doigts. La jeune femme commença par shouter dans le pistolet pour l'éloigner de cet abruti. Il n'avait apparemment pas compris...


-Écoute moi sombre crétin, premièrement je ne m'appelle pas brunette, salope, pute ou garce, non moi c'est Alice, et toi c'est futur cadavre que je te tue ou pas. Deuxièmement, ton boss, celui pour lequel tu devais le tuer ce crétin de Connelly je m'en balance, tu dis qu'il a du fric ? Je m'en fous, pour la simple et bonne raison qu'il ne pourra pas m'atteindre, alors arrête de geindre, c'est vrai quoi t'as vraiment l'air pitoyable à vouloir te faire tuer comme ça. Alors, je vais t'expliquer ce qu'il va se passer, je suis resté trop longtemps au même endroit en une compagnie plus douteuse, donc...Toi tu vas rester tranquillement là pendant que moi, jack et le fric partons.

Alice avait parlé d'un ton doux presque un murmure vrillant ses yeux noirs dans ceux du bandit qui semblait sur le point de vouloir lui cracher dessus. L'arme toujours pointé sur le criminel, le canon ne l'avait pas lâché d'une seconde. Alice s'adressa à Jack d'une voie plus forte et lui ordonna de se relever.

-On part, mais une dernière chose cadavre.//Alice se rapprocha du visage de l'homme et ajouta d'un ton menacant// Ne t'avise même pas de parler de moi à ton patron j'ai suffisamment de contact pour te liquider toi et ton employeur...Après tout....Nous ne sommes que trois à savoir ce qu'il s'est passé ici cet après-midi...Personne d'autre ne pourrait être au courant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Mar 9 Déc - 16:46

-Hin...hin hin hin hin hin...mais elle griffe la gamine...

Walter n'aimait pas avoir affaire à des femmes. Trop méfiantes pour faire confiance, et trop indépendantes pour être prévisibles. Et Walter n'aimait pas du tout cette fille, parce qu'elle était au moins aussi barrée que lui. Bon, au moins elle ne le tuerai pas. Un point.

<<Parce que tu crois que je vais aller voir mon patron avec juste un prénom, Alice? Il va se foutre de ma gueule et aura bien raison! Mais t'as tort de te croire inaccessible, en tout cas pas pour lui. Bon, pour ma part, tant que Connelly et mort, et que je touche mon fric, rien-à-foutre! Vos affaires sont vos affaires.

Walter se redressait progressivement, lorgnant de temps à autres vers le sombre canon qui le fixait fixement. 'Voulait se barrer, vite, avant que la crise ne s'ancre tout à fait.

<<Allez-vous en, maintenant, avant qu'on se fasse définitivement remarquer. Prends ton vermisseau et basta. Allez.

Il se redressa tout à fait. Rien ne pouvait plus lui arriver. Il se tourna vers le salon et se dirigea vers la collection de CD. Il mit ses gants, prit un boîtier et sortit le CD, pour le mettre dans le lecteur dernier modèle. Une musique s'éleva.

*I saw her today at the reception
A glass of wine in her hand
I knew she was gonna meet her connection
At her feet was her footloose man

You can't always get what you want
You can't always get what you want
You can't always get what you want
But if you try sometimes you might find
You get what you need...*

Walter sourit. Il savait qu'elle était derrière et se demandait pourquoi il avait fait ça. Il se tourna.

<<J'espère ne jamais te revoir, Alice, pareil pour toi, mister Jack, mais ça c'est moins sûr. Moi c'est Walter.

Il se dirigea vers la porte d'entrée. Putain de journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Mar 9 Déc - 17:04

La porte se referma et Alice fronça les sourcils, fixant la porte de bois comme si elle allait lui parler, le refrain se finissait et Alice se mordit la lèvre.

-Jack sort de la baraque et vérifie que ce salaud n’a laissé aucune trace...


La jeune femme éteignit la musique et effaça son empreinte avec sa manche, puis elle regarda le sol ou des tâches de sang étaient éparpillées. Elle ajouta à voie basse.

-Javel, Jack !

L'appelé étant déjà sorti Alice se dirigea vers la cuisine, les produits ménagers se trouvaient sous le lavabo, l'avait pas de gosses lui en tout cas, elle en sortit une bouteille jaune et commença à asperger le couloir avant de frotter du pied avec une serpillère, de retour dans la chambre elle récupéra les sacs et regarda minutieusement autour d'elle pour repérer la moindre traces. Le problème c'était qu'elle était restée trop longtemps au même endroit. L'entrée bruyante de Jack la fit sursauter, ce qui surprit ce dernier peu habitué à voir sa patronne effrayé. Il lui annonça que tout était clean dehors. Alice fronça de nouveau les sourcils, tendit les sacs à l'homme et sortit sans un mot de plus, avant de rentrer dans l'habitacle elle fixa la ruelle, la voiture avait disparu. Un chat fit basculer une poubelle ramenant Alice à la réalité, le moteur tournait. Connerie de journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 28
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   Sam 13 Déc - 10:11

La voiture était toujours là, derrière le transfo. Walter en fit le tour, regarda chaque roue pour vérifier qu'il n'y avait pas de traceurs ou saloperies du genre. Ses crises déclenchaient chez lui des pics de paranoïa. Il sentait sa tête vouloir exploser et son estomac était complètement retourné, comme s'il allait vomir.

Il chercha pendant un temps qui lui parut éternel ses clefs dans sa poche, pour galèrer comme un pauvre tordu à la rentrer dans la serrure. Il haletait et la sueur coulait. Enfin il ouvrit la portière et se jeta sur le siège, refermant d'un coup sec la porte et l'antivol. Au plus vite qu'il le pouvait, il fouilla dans la boîte à gants; tous les flacons qu'il voyait avaient la même forme, la même couleur, la même étiquette.


-Et...merde.

Et puis il se rappella qu'il venait de l'avoir, le flacon qu'il cherchait, donc il devait être plein. Il le trouva enfin, fit sauter le capuchon et en prit trois d'un coup. Il commnçait à ne plus rien voir (la sueur? la douleur?).

Trop tard, la crise était déjà là. Ses yeux s'exorbitèrent, ses mains devant son visage se crispèrent et les tendons devinrent apparents, d'un blanc blafard. Ses dents s'entrechoquèrent et il perdit pour de bon la maîtrise de ses membres. S'il se faisait pas dessus, ce serait déjà un miracle. Il pouvait très bien crever, là comme un con, derrière le transfo. Les convulsions le faisaient taper contre le volant, le siège arrière, et ce fut le noir.

Quand il émergea, il était plus que nauséeux, collant de sueur et avait un très sale goût dans la bouche. Fini; avec un peu de chance il n'y aurait pas de "répliques". Les sensations revenaient, la douleur de certaines parties de son corps aussi. C'était pour cela qu'il avait commencé à prendre des médicaments, avant même de devenir accro. Un petit objet métallique d'un demi centimètre dans son crâne appuyait contre son lobe droit et provoquait de l'épilepsie récurrente. Ah ce fichu flic avait vraiment fait du bon travail! Mais c'était de l'histoire ancienne. Il n'existait même plus, ce fils de chien.

Walter rassembla ses esprit, démarra le contact et quitta doucement le secteur. Maison, douce maison.


Arrow Une crise peut en cacher une autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Los Angeles Highs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Los Angeles Highs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le panneau Hollywood dans la ville californienne de Los Angeles, aux États-Unis.
» Katy Perry vend sa maison de Los Angeles : les photos
» Johnny Hallyday à Los Angeles
» Overrich
» Le sabre de Luke Skywalker adjugé 200.000 dollars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.A. Rescue :: Los Angeles :: Les quartiers-
Sauter vers: